saveurs-et-passion

3 astuces pour choisir un bon whisky

Comment choisissez-vous votre whisky ? Quel whisky offrir ? Ou quel whisky dois-je acheter ? Il ne se passe pas un jour sans qu’un ami, un lecteur ou un inconnu dans la rue ne pose ces questions à Georges. Alors, plutôt que de répéter la même question mille fois, il a décidé de créer cet article.

Dans cet article, nous allons essayer d’expliquer cette question de la manière la plus complète possible et de vous éclairer à partir des milliers de références qui existent sur le whisky.

Comment choisir un whisky ?

Avant de se lancer dans une quête métaphysique du whisky, il est bon de revenir à l’essentiel et de se débarrasser des « gourous du whisky » qui nous ennuient littéralement avec leur prétendue expertise. Rien de plus, rien de moins.

C’est un point sur lequel même les maîtres distillateurs les plus connus s’accordent. Il n’y a pas de whisky pour tout le monde, mais il y a un whisky pour vous. Si vous avez compris cette déclaration, vous avez compris la chose la plus importante. Pour ce faire, l’épicerie québécoise Lestresorsderable.com vous offre une large gamme de produits qui satisferont certainement vos goûts et envies.

Whiskey et bourbon

Il n’y a pas un whisky, mais de nombreux whiskies (oui, au pluriel, le whisky est un whisky). Et si vous voulez nommer un whisky dans le monde entier, ce sera soit un whisky, un rye ou un bourbon.

Whiskey : pour l’Irlande et l’Amérique (whisky américain). À l’origine, l’Irlande ajoutait un E au nom de son whisky lorsqu’elle l’exportait aux États-Unis, afin qu’il ne soit pas confondu avec le whisky écossais (bien que cela ait beaucoup changé récemment…). Le whisky Irlandais est distillé trois fois, ce qui lui donne un goût plus doux à la dégustation.

Bourbon : en route pour les États-Unis. La principale différence est que le principal ingrédient utilisé est constitué d’au moins 51 % de maïs. Il est également mûri dans des fûts de chêne neufs, ce qui lui donne un goût de vanille que les néophytes apprécieront.

Rye et whisky

Rye : toujours en Amérique ! Toutefois, cette fois, nous utilisons un minimum de 51% de seigle (jusqu’à 95% dans le Bulleit Rye, par exemple). Il a un goût plus sec et plus fruité que le bourbon. Difficile à boire seul pour les débutants, mais idéal pour réaliser des cocktails classiques.

Le whisky : le reste qu’il soit distillé en Tasmanie, au fin fond de la Bretagne, dans le froid de la Suède, en Écosse ou au Japon, c’est toujours du whisky et il y a écrit whisky dessus ! C’est là que les choses se compliquent. D’ailleurs, le fameux scotch dans les années 90 est tout simplement du whisky écossais. Mais il existe un certain nombre de types de whisky, sinon ce serait encore trop facile. Nous y reviendrons dans les prochains points.

Quitter la version mobile